LA GALERIE EN LIGNE DES ARTISTES ENGAGÉS !
Olga Yameogo // Série Partir – N°10

2 000,00

Olga Yameogo // Série Partir – N°10

2 000,00

Olga Yameogo – Peintre – Série  « Partir » – N°10 – Technique mixte, pigments, huile, encres …

Dim. : –  65 cm x 80 cm

« Autre et identique » par Olga Yaméogo

 

Je suis, tu es, nous sommes l’Autre France, ses contradictions, ses espoirs, ses désirs et ses refoulements.

Nos différences, nos diversités nous enrichissent et nous poussent vers l’échange avec l’autre, vers l’universalité de l’humain.

Non, ne pas être dupe ni aveugle face aux tentatives d’exclusion.

« La certitude close »* d’une seule et unique manière « d’être Français » est une tentative vaine et hors des réalités de la France dans laquelle je me construis et m’identifie. 

*Édouard Glissant et Patrick Chamoiseau – « L’intraitable beauté du monde », Ed.  GALAADE .

 

 

Catégories : ,

Olga Yameogo – Peintre – Série  « Partir » – N°10 – Dim. : –  65 cm x 80 cm

« Autre et identique » par Olga Yaméogo

Sa biographie  par Michel Batlle

Née en 1966 à Ouagadougou au Burkina-Faso, Olga Yameogo fit ses premières expériences plastiques dans sa culture d’origine entre masques, tissus, objets de cultes animistes et ses études dans la langue de l’ancien colonisateur.

De cette multiplicité d’influences, une fusion s’est opérée en France où Olga fait ses premières expositions. Totalement autodidacte, elle peint dans une technique simple : pigments naturels ramenés d’Afrique et liants, sur des toiles à grosse trame mais aussi sur toutes sortes de fragments de récupération de notre consommation ordinaire.

Dans ses tableaux, le quotidien de l’artiste prend des allures de contes avec des personnages imaginaires qui évoluent dans un monde où la couleur, reflétant une certaine idée de la vie, lance ses appels à la joie. Elle est sans doute une des meilleures représentantes de ce mouvement de métissage qui s’est développé depuis les années 80.

En ce sens, Olga, tout en filtrant le monde occidental, ne s’est pas laissé infiltrer par l’art international de marché qu’elle connaît mais dont elle ignore volontairement la prégnance. Sa récente exposition démontre un positionnement sur l’histoire de l’art où elle revisite l’abstraction dans un langage brut et raffiné à la fois.

Ses compositions très charpentées nous conduisent vers des latitudes où les couleurs prennent leurs densités extrêmes à la lumière.

Sa peinture raconte sans que l’anecdote cache le véritable sujet du tableau : la peinture ; mais c’est toujours avec les yeux de l’innocence, celle d’un monde qui n’existe que dans les belles histoires d’enfants.

Michel Batlle

Informations complémentaires

Dimensions 65 × 80 cm